Femmes en déportation, Les déportées de répression dans les camps nazis 1940-1945

19,00 

  • Philippe Mezzasalma (dir.)
  • Langue française
  • 308 pages
  • ISBN : 978-2-84016-300-8
  • Date de publication : 2019

50 en stock

À l’occasion du 70e anniversaire de la libération des camps de concentration nazis, La contemporaine-BDIC et l’université Paris Nanterre organisaient en décembre 2015 le premier colloque consacré à l’étude des femmes déportées par mesure de répression depuis la France vers l’Allemagne. Associant témoins, chercheurs et archivistes, cet évènement permettait de faire le point sur les recherches déjà entreprises, souvent par les associations de rescapées, puis par les fondations mémorielles. À la lumière des recherches récentes, fondées sur l’exploitation de ressources inédites, dont les archives de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR) conservées à La contemporaine, de nouvelles pistes de réflexion sont apparues.

Femmes en déportation met en lumière les différences de parcours des déportées et internées, la pluralité des causes de leur engagement dans la Résistance et les conditions particulières de la réinsertion des rescapées après-guerre. Chacune des contributions montre la nécessité d’appréhender la déportation féminine du point de vue de l’histoire des femmes et révèle l’apport indispensable d’une telle approche à la compréhension de cette période.

Informations complémentaires

Poids 0.459 kg
Dimensions 17 × 21 cm

Jacqueline Fleury – Préface

Philippe Mezzasalma – Introduction

Première partie : Les femmes dans la déportation de répression depuis la France ;
Thomas Fontaine – Femmes et déportations de France ;
Laurent Thiery – La déportation des femmes depuis le ressort de l’OFK 670 de Lille : un processus majoritairement judiciaire ;
Pierre-Emmanuel Dufayel – Le convoi de déportation comme objet d’étude : le cas du transport des « 27 000 » ;
Philippe Mezzasalma – Le fichier des adhérentes de l’ADIR : un outil pour l’histoire des femmes face à la répression nazie.

Deuxième partie : Nouvelles pistes de recherche : histoire des femmes et du genre ;
Corinna Von List – La prison d’Anrath en Rhénanie ;
Agnès Triebel – Buchenwald… la « forêt des (h)êtres » au féminin ;
Anne-Yvonne Savigneux-Lointier – Des voix silencieuses : les prostituées déportées de France ;
Jean-Marc Dreyfus – Le rôle de l’ADIR dans la négociation des réparations allemandes aux « lapines » de Ravensbrück, 1951-1968 ;
Cécile Formaglio – Les assistantes sociales dans la  résistance : d’une vocation professionnelle à la déportation ;
Anne-Marie Pavillard – Bibliothécaires, résistantes et déportées.

Troisième partie : Des voix et des visages, la mémoire des déportées entre témoignage et histoire ;
Jacqueline Fleury – L’Association Nationale des Anciennes Déportées et Internées de la Résistance (ADIR) ;
Claude du Granrut – La SFAADIR ;
Annette Chalut – Le Comité International de Ravensbrück ;
Insa Eschebach – Les Françaises au Mémorial de Ravensbrück

Quatrième partie : Des sources pour l’histoire des déportées ;
Franck Veyron – Les archives de l’ADIR ;
Caroline Fieschi – Images de la déportation dans les collections de la BDIC  ;
Gérard Petitjean – Les fonds de la BDIC sur la déportation ;
Marie-Claire Ruet – Les fonds du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon ;
Guy Krivopissko – Les collections du Musée de la résistance nationale à Champigny-sur-Marne ;
Patricia Gillet – De nouvelles sources aux Archives nationales : l’indispensable apport des fonds privés ;
Cyrille Le Quellec – Les archives audiovisuelles de la Fondation pour la Mémoire de la déportation ;
Alain Alexandra – La déportation des femmes dans les fonds de la Division des archives des victimes des conflits contemporains ;
Serge Wolikow – Archives de la déportation et humanités numériques.

Conclusion
Marie-Anne Matard-Bonucci – Dire et écrire l’histoire de la déportation féminine.

Les auteurs

Les présidentes de l’Amicale de Ravensbrück

Liste des camps et Kommandos