Pour une géographie du juste, Lire les territoires à la lumière de la philosophie morale de John Rawls

23,00 

  • Bernard Bret
  • Langue française
  • 278 pages
  • ISBN : 978-2-84016-227-8
  • Date de publication : 2015

10 en stock

Catégories : , , , Étiquette :

Dans le monde actuel marqué par de violentes inégalités, la philosophie morale de John Rawls aide-t-elle à répondre aux questions urgentes posées à nos sociétés et offre-t-elle une grille de lecture pour interpréter les territoires? Oui, car si elle ne parle pas d’espace, la Théorie de la Justice tire de sa démarche abstraite et de son énonciation rationnelle sa capacité à dire l’universel tout en respectant les identités, et à qualifier les disparités territoriales induites par le développement. Il n’existe pas de territoire juste parce qu’il n’existe pas de société humaine pleinement juste, mais il est des situations plus ou moins injustes: comprendre ces configurations est une étape nécessaire pour produire plus de justice.

L’analyse examine donc la portée géographique des principes rawlsiens. C’est d’abord le principe du maximin – la maximisation du minimum – qui vise l’amélioration la plus forte possible du sort des plus modestes. C’est ensuite le principe d’égalité des partenaires sociaux pour ce qui est de leur valeur d’existence. Le maillage politico-administratif doit alors être interrogé: son dessin est-il fait pour garantir la démocratie et l’exercice égal des droits des citoyens? C’est enfin le principe de réparation de l’injustice. Son application géographique est l’aménagement conçu comme la mise en cohérence du territoire avec un projet de société plus juste. Le socio-spatial implique en effet que l’on puisse agir indirectement sur les hommes en agissant directement sur les lieux. La tâche est complexe et les risques sont grands, mais le concept de justice spatiale peut guider la réflexion et l’action.

Informations complémentaires

Poids 0.444 kg
Dimensions 15.5 × 24 cm

Avant-Propos

Introduction

Chapitre 1 : La Théorie de la Justice, une philosophie morale pour penser le territoire
1 Une théorie rationnelle, des principes universels
2 Une théorie qui fait débat
3 Une théorie qui répond à d’autres théories
31 Une alternative à l’utilitarisme
32 Le refus du communautarisme
33 Quand le sensible enrichit le rationnel : l’apport du care

Première partie : Approche géographique du maximin

Chapitre 2 : L’inégalité territoriale peut-elle être juste ?
1 Revisiter le modèle centre-périphérie
11 Un système socio-spatial
12 Un système produit par les différences des dynamiques sociales
2 Le modèle centre-périphérie, une configuration pluriscalaire
3 Une configuration géographique qui évolue avec le temps

Chapitre 3 : Comment penser l’accès aux ressources naturelles ?
1 La diversité du globe, richesse collective ou injustice de la nature ?
11 Ne pas naturaliser le fait social
12 Repenser les ressources naturelles
2 A qui appartient la planète ?
21 La propriété privée
22 La propriété des Etats
23 Les biens publics mondiaux
3 La justice environnementale
31 L’environnement, un enjeu de justice
32 Le seul développement juste est le développement durable

Deuxième partie : Du maximin à l’égalité citoyenne

Chapitre 4 : Echelles des inégalités et maillage politique du monde
1 Inégalités, temps et espaces
2 Un morcellement politique qui sert l’intégration économique
3 Dimension des Etats et mondialisation
31 Micro-Etats et paradis fiscaux
32 La tension entre le petit et le grand, une question politique
33 Les intégrations territoriales
34 Les Etats et la mondialisation

Chapitre 5 : Le territoire politique et la citoyenneté
1 L’architecture institutionnelle du territoire traduit un projet politique
11 L’exemple français : inscrire l’égalité dans le territoire
12 Autre projet, autre découpage
13 Centralisation et décentralisation, deux façons de pratiquer la citoyenneté
2 Lisibilité du maillage, ancrage citoyen et injustices territoriales
21 Le citoyen face au millefeuille territorial en France
22 Le maillage et les injustices devant les impôts locaux
3 Maillage territorial et représentation politique
31 Scrutin proportionnel et scrutin majoritaire
32 Le principe « un homme, une voix » et le découpage des circonscriptions

Chapitre 6 : La ville et la justice
1 Les citadins vivent-ils mieux que les ruraux ?
2 La ségrégation, le marqueur urbain de l’injustice sociale
21 La ségrégation voulue par les lois d’exclusion
22 La ségrégation spontanée : distance sociale et distance spatiale
3 La fragmentation urbaine, ou la fin de la ville comme cité
31 Polarisation sociale et fragmentation urbaine
32 Les quartiers sensibles, ou l’injustice par l’effet de lieu
33 L’entre-soi des riches
4 La ville néolibérale peut-elle être juste ?

Troisième partie : Mettre en œuvre le principe de réparation

Chapitre 7 : Peut-on réparer aujourd’hui les injustices d’autrefois ?
1 Peut-on réparer les séquelles de la colonisation ?
2 Peut-on réparer les torts faits aux peuples autochtones ?
21 Les principes
22 Quelques exemples
3 Peut-on réparer l’esclavage ?

Chapitre 8 :Aménager le territoire pour réparer les injustices sociales
1 L’Etat, un aménageur fragilisé par le néolibéralisme
2 L’accessibilité géographique des services publics
21 L’école garantit-elle l’égalité des chances ?
22 Les inégalités territoriales de la couverture médicale
23 Le bon sens et l’innovation au service de la justice
3 Les politiques régionales
4 Les pièges de l’aménagement
41 Où intervenir ?
42 Ne pas tomber dans l’illusion du spatialisme
43 Aménager pour qui ?

Conclusion générale : La Justice comme utopie