Le goût des possibles. Enquêtes sur les ressorts symbolistes d’une crise écologique

10,00 

  • Léo Mariani
  • Langue : français
  • 202 pages
  • ISBN : 978-2-84016-500-2
  • Date de parution : mai 2022

44 en stock

Le goût des possibles est un goût qui contient tous les autres, en potentiel, et que certains durians savent exprimer lorsqu’on laisse à ces fruits l’occasion de s’offrir d’eux-mêmes ; de se détacher seuls de leur arbre. En Malaisie, où cette préséance est la norme, les durians ne sont plus tout à fait des ressources, ils échappent toujours un peu aux desseins humains. Ainsi rendus à la pluralité de leurs devenirs singuliers, ils sont plus contraignants. Dans le même temps ils contribuent à enrichir la diversité biologique et celle des expériences vivables.

À travers des ethnographies situées dans l’espace et le temps de la globalisation, cet ouvrage investit les corps, lieux du sensible et sources du sens moral, pour identifier et contex- tualiser différentes manières d’incarner des altérités humaines et végétales.

De cette façon il montre comment la crise écologique, éthique et existentielle moderne peut être dérivée d’un tropisme cognitif, exacerbation de la disposition des Homo sapiens à se penser entre eux. Comme alternative à ce narcissisme et à ses conséquences, l’auteur suggère enfin qu’il est peut-être moins urgent de produire de nouveaux récits (de nouveaux symboles) que d’apprendre à faire autrement connaissance, et de laisser aux végétaux le pouvoir de contraindre vraiment.

Léo Mariani est anthropologue, enseignant-chercheur au MNHN (Muséum national d’Histoire naturelle) et membre de l’UMR Éco- anthropologie. Il s’intéresse aux devenir-aliment de certains végétaux, en France et en Asie, selon une approche ontogénétique qui interroge la production des mondes dans l’espace et le temps. Ses travaux mêlent anthropologie des connaissances et de la nature.

Avant-propos. « Faire groupe »

Les modernités comme changements d’échelles

La carte et la région, expérience et représentations

Le-durian-qui-partage-l’humanité-en-deux

Produire l’universel

Purifier en salissant

La morale de l’histoire

Changer d’échelle, prendre de la distance

Organiser l’abstraction, ou « comment la terre s’est tue »

Dernières répétitions symboliques, un moment instituant

Des vertus du divertissement scientifique : apprendre à être relativiste

Le monde comme laboratoire ? « Environnementaliser » la perception, et la modernité

Priorités renversées, et logiques de pluralisation

La courbure des mondes, tropisme centripète

Logiques centrifuges, dynamiques d’homogénéisation

La diversité contre l’État ? Changer d’échelle, rouvrir les possibles

Des fruits qui n’en ont que le nom

Pour ne plus voir des objets avant « les choses »

Relâcher l’emprise… sur la référence. Réintroduire de la contingence

Dans la texture des relations : savoir et faire, faire et savoir (avec Julien Blanc)