Auteurs-traducteurs : l’entre-deux de l’écriture

22,00 

  • Christine Berthin, Laetitia Sansonetti et Emily Eells (dir.)
  • Langue française
  • 298 pages
  • ISBN : 978-2-84016-304-6
  • Date de publication : 2018

50 en stock

Informations complémentaires

Poids 0.422 kg
Dimensions 15.5 × 1.3 × 17 cm
  • Exergue
  • Prologue : Traduire, écrire
    Tiphaine Samoyault
  • Introduction
    Christine Berthin et Laetitia Sansonetti
  • La traduction
    entre transparence et autorité
  • Le traducteur, auteur sans oeuvre ou auteur sans style ?
    Serge Chauvin
    La traduction saisie par le nonsense
    Jean-Jacques Lecercle

Traduction et transmission

  • Autorité et auctorialité du poète-traducteur-anthologue : Raimundo Correia et Balbino Dávalos, passeurs de poésie française au Brésil et au Mexique
    Cécile Serrurier
  • Stratégies de la traduction dans l’oeuvre de Jeremy Bentham (1748-1832)
    Claire Wrobel
  • Des grands noms aux « anonymes » : vers une démocratisation de la traduction shakespearienne ?
    Mylène Lacroix

Du traducteur à l’auteur

  • Du côté de Lydia Davis : entre traduire et écrire
    Emily Eells
  • Dans les noeuds du texte : traduire Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde comme expérience de ré-écriture
    Jean-Pierre Naugrette
  • Jean Rhys traductrice : positions ex-centriques
    Juliana Lopoukhine

Auteur-traducteur et auto-traduction

  • (Ré)écritures bifocales : trans-lations et trans-fusions portoricaines dans les autotraductions de Rosario Ferré et Esmeralda Santiago
    Laëtitia Saint-Loubert
  • « I committed myself, rightly or wrongly, in order to clinch the affair » : (auto-)traduction, enjeux d’autorité et marchandages dans la correspondance de Samuel Beckett entre 1929 et 1965
    Pascale Sardin

Quand le traducteur impose son autorité

  • « A Frenchified Russian dressed like an English fop » : La traduction de Evgenij Onegin par Vladimir Nabokov
    Julie Loison-Charles
  • Afficher sa plume – Quand René Belletto traduit Tim Burton dans une édition bilingue
    Audrey Coussy

Vrais-faux traducteurs

  • Quand Cervantès se mesure à Héliodore : traduction(s), pseudo-traduction et création
    Bénédicte Coadou ;
  • Locus Solus, remix : Amerika la dérive
    Arnaud Regnauld
  • Conclusion
    Laetitia Sansonetti

 

  • Épilogue : l’autotraduction – un témoignage
    Alexander Dickow
  • Résumés / Abstracts
    Notices biographiques

Dans le contexte d’une mondialisation qui estompe les frontières mais exacerbe aussi les identités nationales, le triomphe de l’anglais comme langue des échanges internationaux s’accompagne de revendications de plus en plus fortes de langues régionales ancrées dans le local. La dimension « glocale » de la communication se manifeste à travers l’utilisation de nouvelles technologies et de nouveaux réseaux qui brouillent l’origine du message tout en facilitant sa diffusion, remettant en question la conception traditionnelle de l’autorité comme origine et garantie. Dans le domaine de la création littéraire qui est le sujet de cet ouvrage, se pose la double question de la représentation et de la représentativité : pour qui parle-t-on ? au nom de qui ? C’est à travers la figure hybride de l’auteur-traducteur, à la fois créateur et passeur, origine et relais, que cet ouvrage, qui s’inscrit dans la collection « Chemins croisés », se propose de penser les mécanismes de transmission des textes et des formes littéraires afin de mieux comprendre les modalités d’autorité que fait naître le passage d’une langue à une autre, d’un pays à un autre. Les contributions réunies ici étudient différentes incarnations de cette figure, qui ont toutes en commun leur situation intermédiaire, au carrefour des cultures : le traducteur devenu auteur, l’auteur confirmé se revendiquant traducteur, l’auto-traducteur, principalement dans les domaines francophone et anglophone, mais aussi hispanophone, ou encore lusophone, de la Renaissance à nos jours.